La Bible

Les Chrétiens

La Vie Quotidienne

Les Bonnes Résolutions

Bonne année lecteur ! La santé, les amours, les amis, les soucis… euh non pas les soucis ! Bref je te souhaite le meilleur sincèrement. D’ailleurs parlons en de cette nouvelle année et fatalement des Bonnes Résolutions !

Dans quelle team te trouve tu?

  1. Celle qui fait des résolutions ?

2. Celle qui n’en fait pas ?

Et dans ces teams, dans quelle sous team te trouve tu ?

1a Dans celle qui tient ses résolutions ?

1b Dans celle qui a déjà lâché l’affaire ?

2a Dans celle qui ne fais résolument pas de résolution ?

2b Dans celle qui fait des résolutions mais qui n’appelle pas ça comme ça ?

A mes yeux, peu importe, tu le sais, il n’y a pas de jugement ici (on est trop busy pour ça). Mais je voulais te parler de cette tradition annuelle et de mon expérience sur le sujet pour l’année 2022.

Comment j’ai pris mes bonnes résolutions

Pourquoi prendre des bonnes résolutions ?

Je trouve qu’il y a ce que j’appellerai la pression de la deuxième chance. Tu sais, quand tu t’es planté et qu’on te donne une deuxième chance et que tu te mets encore plus la pression pour bien faire ? Ca ne concerne, d’ailleurs pas que les nouvelles années. C’est aussi le cas dans des situations moi déterminantes : l’échec d’une recette, l’échec d’un examen ou d’une performance. Mais aussi dans des situations plus impactantes : une rupture amicale ou amoureuse, par exemple.

Loin de moi de dire que la logique de vouloir faire mieux est mauvaise, au contraire, elle nous permets de grandir. Je suis convaincue que c’est en s’évaluant soi même et en comprenant nos propres mécanismes qu’on peut évoluer vers une meilleurs version de soi même.

D’ailleurs, c’est ce que Dieu nous invite à faire : repérer les failles et les aspérités de nos caractères et le laisser les combler ou les polir, pour vivre libre de ce qui peut nous alourdir. Dans le jargon religieux on pourrait dire que Dieu cherche à nous libérer de nos péchés, qui sont devenu des fardeaux.

MAIS…

… (tu l’as vu venir à 3000 km ce « mais » je suis sûre) à titre personnel il m’a fallu revoir le process des résolutions pour pouvoir rester sereine. Vois tu cher lecteur, je ne suis pas vraiment douée pour la mesure. Aussi m’est il arrivé de trop nombreuses fois de me créer des « bonnes » résolutions très peu réalistes et donc vouée à l’échec. Voici un petit florilège :

  • Arrêter le sucre (haha…)
  • Faire une heure de sport 6 jours par semaine (hahaha…)
  • Faire une vidéo youtube par semaine (hahahaha…)
  • Créer mon business en 3 mois (hahahahaha…)
  • etc… (*soupir*)

Attention il ne s’agit pas d’objectifs absolument inaccessibles, mais tout ça s’était en plus de ce que je fais déjà et qui rempli bien mes journées…

Voilà donc plusieurs années que j’ai appris à faire preuve de compassion envers moi même et à célébrer mes petites victoires. Par exemple, je n’ai pas réussi à faire du sport 6 fois par semaine, mais j’ai quand même réussi à établir une petite routine de 3 fois par semaine ! Un bon point pour Doreen ! Enfin j’apprend surtout à devenir celle que je veux être. Qui sait, peut être qu’en 2022 je passerai à 4 séances de sport par semaine !

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Le Peuple d'Israël

La fatigue d’apprendre

Oui mais voilà… que faire lorsque l’apprentissage semble interminable ? J’veux dire… c’est bien beau de célébrer les petites victoires ! Mais quand la grande victoire met des mois, des années, parfois des décennies à arriver il y a de quoi s’impatienter.

Dans l’église on entend souvent que Dieu permet des épreuves parce que cela nous permet de grandir. C’est la version chrétienne de « ce qui ne nous tue pas rend plus fort ». Et pour avoir eu ma part d’épreuves, je confirme que j’ai effectivement grandi à cause d’elles. Mais ces derniers temps je me suis rendu compte à quel point cette logique peut être destructrice si elle n’est pas correctement appliquée.

Ce sont les épreuves qui nous font murir, c’est vrai, mais nous n’avons pas besoin de murir pour que Dieu lui même veuille s’intéresser à nous.

C’est assez simple comme révélation, mais sans me rendre compte, j’étais passé de la logique « il faut que j’apprenne des mes erreurs pour évoluer vers une nouvelle version de moi même » à « il faut que j’apprenne de mes erreurs pour être digne d’être aimée ».

Et cela se manifestait par mon incapacité à accepter un délai pour mes demandes totalement légitimes. Car si Dieu ne répond pas favorablement à mes demandes légitimes, c’est forcément qu’il est insatisfait de moi. Et s’il est insatisfait de moi, m’aime-t-il encore vraiment alors ? Et que puis je faire de plus pour le contenter ? N’ai je pas appris tout ce que j’ai pu, malgré la douleur ? N’ai je pas fait tout ce que j’ai pu pour mériter qu’il manifeste son amour ?

La réponse de Dieu

Peut être lecteur, te dis tu, que c’est mal vu de ma part que de vouloir contenter Dieu, car il est à jamais parfait et je suis à jamais imparfaite. A cette constatation, peut être te dis tu « pourquoi donc se donner la peine ? ». Ou alors tu te dis qu’un bon chrétien se doit de s’humilier devant Dieu, justement parce que l’homme est un imparfait, pécheur.

Le comportement d’un homme ou d’une femme vis à vis de Dieu est à développer dans un autre article, mais celui de Dieu est sans appel. Il dit dans la Bible dit à ce propos : « Avant de te former dans le ventre de ta mère, je te connaissais. » (Jérémie 1 v.5), « Je tiens beaucoup à toi, tu es précieux et je t’aime » (Esaie 43 v.4).

Peu importe le niveau de sagesse, de retenue ou d’intelligence l’amour de Dieu c’est une constante. Et les évènements, négatifs ou positifs n’en sont pas le reflet.

Pour revenir donc aux résolutions, bonne nouvelle : que tu en prennes ou que tu n’en prennes pas, que tu réussisses ou que tu échoues, Dieu, lui reste le même. Et en cette nouvelle année je nous souhaite à tous les deux de s’en rappeler, peu importe de quoi 2022 sera faite.

…alors encore une fois bonne année et un poutou ! On se retrouve dimanche prochain pour un nouvel article !

happy new year sur fond de bois

Vous avez aimé l'article? Partagez le!

Laisser un commentaire