La Bible

Les Chrétiens

La Vie Quotidienne

Chapitre I

Cher lecteur je suis heureuse de t’annoncer la sortie du Chapitre I de ma fiction chrétienne ! RDV SOUS L’INTRODUCTION POUR LIRE LE CHAPITRE I

Introduction avant le Chapitre I

Il s’agira d’une nouvelle chrétienne impliquant des héros fictifs mais aussi historiques et bibliques. Tu le sais, mon credo sur ce site internet c’est de créer des trucs surtout pas chia** ! Et je peux t’assurer que cette nouvelle n’échappera pas au principe. D’ailleurs l’histoire existe déjà sous forme de script, que je prévois de mettre en scène à partir de la rentrée prochaine. Il s’agira d’une comédie musicale.

Mais j’ai voulu me consacrer à ce projet car j’avais besoin de revenir à quelque chose de plus naturel et relaxant pour moi : l’écriture.

Pour un retour sur tout ce que j’ai crée en 2023 cliques ici.

Pourquoi ce projet

La semaine dernière je t’ai confié souffrir d’un burn out (tu peux checker la vidéo ici) et de devoir ralentir sur le travail que je fourni, notamment le travail vidéo.

miniature video youtube

J’en ai tellement fait, que faire du montage vidéo est devenu une source de stress alors qu’à la base j’aime trop faire ça ! Je me suis donc dit que c’était le moment parfait pour ralentir sur la vidéo et m’essayer à un exercice plus apaisant.

Et pendant tout cet été, une fois par semaine tu retrouveras un nouveau chapitre de cette histoire que j’ai crée. Tu pourras aussi avoir quelques détails en plus via mes réseaux (Instagram, TikTok et Facebook). Mais POUR AVOIR TOUS LES DETAILS ABONNE TOI A MA NEWSLETTER (si tu l’es déjà tu recevras automatiquement les détails)!

Je t’enverrai un mail par semaine, tous les jeudis matin avec un lien pour lire le dernier chapitre ainsi qu’un retour des coulisses du processus créatif.

Il y aura de l’approfondissement sur les personnages, des références à la Bible qui t’auraient peut être échappés, des infos historiques issues de mes recherches, pourquoi j’ai choisi de faire quelques anachronismes, etc…

De ton coté tu pourras répondre aux emails et me donner ton point de vue, suggérer des modifications et pourquoi pas m’aider si je suis bloquée ! Je t’invite donc à être témoin de ma création mais aussi acteur ! Alors n’hésites pas !

Trêve de blablas je te laisse découvrir le Chapitre I de ma fiction chrétienne !

Chapitre I – Fille de Jupiter

Maia

Elle était de ce genre de jeune fille dont on ne s’arrêterait pas sur la photo. Rien dans son physique n’était remarquable et son visage bien qu’avenant était barré d’une cicatrice suffisamment grande pour ce soit ça, qu’on remarque en premier. Fort heureusement nous étions à 1800 ans d’inventer la photographie et la mode chez les portraitistes n’était pas au réalisme. Et cela l’arrangeait…

Maia n’était pas belle et cela lui permis de développer son intelligence. Et si de prime abord on lui préférait ses camarades au profil plus avantageux, tous finissaient par bien plus valoriser sa présence que la beauté de ses pairs. Son grand frère disait, d’ailleurs souvent que la beauté est vaine. Elle en avait fait son credo.

Elle régnait sur la petite ville d’Antioche de Pisidie comme une reine de lycée règne sur son établissement scolaire : sans partage.

Mais Maia n’était pas satisfaite. De sa passion pour l’étude, plutôt surprenante pour une fille, elle tirait des rêves de grandeur. Elle se voyait parcourir le monde et les villes les plus prestigieuse. Elle se voulait aventurière et même conquérante comme Achille. Elle se voyait fatale, inflexible et insaisissable, comme Diane. Mais son héros de toujours était le dieu des dieu, Jupiter. 

ruines d'Antioche de Pisidie
Chapitre I – Ruines d’Antioche de Pisidie

« fille de Jupiter »

C’était son père qui l’avait appelée « fille de Jupiter » en premier. Il l’avait fait alors que Maia n’avait que quelques années pour la consoler de cette cicatrice dont les autres enfants se moquaient. « Seuls les plus courageux s’approchent assez du dieu des dieu pour en être marqué à vie » disait il. C’était faux, elle le savait, mais ça lui faisait du bien d’y croire. 

Alors qu’elle retournait en ville de son spot ou elle aimait passer du temps seule, elle pensa une fois de plus à son insatisfaction grandissante. Et une fois de plus elle se promit à une grande destinée tout en serrant le pendentif qui ne la quittait jamais, à l’effigie de Jupiter. 

Elle retrouva ses amies sur la place du marché, comme prévu. Leto et Flavie n’étaient pas de la même famille mais elles semblaient aller de pair. Jamais n’avait on vu l’une sans l’autre comme si la présence d’une seule ne pesait pas assez pour être remarqué en public. Comme toutes les jeunes filles de leur âge elles vouaient une admiration sans borne à Maia allant jusqu’à considérer sa présence comme un honneur. 

« gossips »

Mais aujourd’hui la joie de voir Maia était exacerbée car elles détenaient une grande nouvelle, tellement qu’elles peinaient à contenir leur excitation. 2000 ans plus tard on appellerait ce genre de nouvelle des gossips.

« Maia tu sais pas quoi, tu sais pas quoi?! » dit Flavie d’un ton suraigu qui indique à quel point la nouvelle est sensationnelle.

« On a parlé à Patrocle et Caius et ils nous ont dit… » elle regarda son acolyte de toujours pour qu’elle enchaine.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Le pas pour croire en Dieu

« Apparemment Romain a beaucoup pensé ces derniers temps » dit Leto « …et apparemment il y a une fille qu’il aime bien…. Au point de penser à la présenter à ses parents ! ». 

Plan de mariage

Se marier avec Romain faisait partie du plan de Maia. Ce dernier avait pour lui la beauté, la richesse, et sa famille jouissait d’une réputation excellente. Ça n’empêchait pas Maia de le trouver profondément stupide. À sa décharge, le jeune homme s’était toujours appuyé sur ses acquis confortables et n’avait jamais eu la moindre ambition. 

Un mariage entre les deux jeunes gens convenait parfaitement à Maia car il lui permettrait de se libérer de l’emprise de ses parents et de mener enfin sa vie comme elle l’entend tout en bénéficiant d’un certain confort financier. Bien sûr elle jurait tout ses dieux que son amour pour lui était le plus pur, si bien que tout le monde était convaincu qu’elle avait succombée, comme bien d’autres avant elle, face au beau gosse de la ville.

« Donc il pense… mariage? » dit elle, plus par stratégie que par joie réelle.

Flavie et Leto lui assurèrent que oui dans un concert de « iiiiii » propre aux adolescentes.

Maia convint que ça semblait effectivement bien engagé… « mais on a pas la certitude que c’est de moi dont il s’agit  » dit elle dans le soucis de ne pas se réjouir trop vite. 

« Mais on sait qu’elle est d’ici et que son père est citoyen romain! » dit Leto

« Et avec quelle autre nana a-t-il passé autant de temps qu’avec toi ? » renchérit Flavie.

La Frenemy

Alors que Maia se laissait tenter à rejoindre ses amies dans leur performance de « iiiii » elle fut stoppée par l’arrivée d’Egle. 

Si ce n’avait pas été un anachronisme criant de qualifier Egle de « frenemy », le terme aurait été parfait. Les deux jeunes filles avait chacune reprise à leur compte la rivalité qui opposait déjà leur mère respective. Pour un spectateur non averti elles partageaient un franche moment de camaraderie. Mais pour celui qui comprend les us et coutume des adolescentes il est évident qu’elles ont l’une pour l’autre un mépris cordial qui, si elles ne font pas attention peu se transformer en trahison.

« Vous avez l’air bien mystérieuses, vous parlez de quoi? » dit Egle affichant un sourire amical qui ne trompa pas Maia.

Tout à son enthousiasme Flavie lui répondit, « Leto et moi on est genre sûre que Romain va faire sa demande à Maia!« .

Le sourire d’Egle vacilla alors qu’elle répondit : « Qui l’aurait cru… » mais elle se reprit prestement et enchaina, cette fois en souriant plus largement, « Tu devrais être trop contente Maia!« .

Maia n’était pas transportée à l’idée qu’Egle soit au courant de son triomphe avant que celui ci ne soit assuré. Mais d’un autre coté il lui était délectable d’afficher sa victoire à sa rivale. Faisant fi de ses craintes elle décida de se réjouir « Vous avez raison… les filles on dirait que très bientôt je vais changer de vie et enfin être libre de mes parents!« . 

« …passé le couvre feu »

 Plongées dans les préparatifs du mariage imaginaires de Maia et Romain, les jeunes filles ne virent pas le soleil baisser et avant qu’elles s’en rendent compte elles avaient déjà toutes passé le couvre feu fixé par leur parents respectifs. Non pas que Maia s’en souciait outre mesure. Sa mère râlerait sans doute mais son père passerait sans doute l’éponge rapidement.

Malgré tout, elle se hâta de rentrer car elle espérait une lettre de son grand frère, de Rome. Luc avait toujours été le prodige de la famille. Même si de nombreuses années les séparaient, ils avaient toujours été très proche. Et même après la conversion du fils ainé à cette nouvelle religion juive qui gagnait de plus en plus d’adeptes et qui avait résulté à son éloignement, il faisait toujours l’effort de garder une relation épistolaire avec sa petite sœur.

« La nouvelle religion… »

-« Maia attend !« 

« …en parlant d’adeptes… » pensa Maia en s’arrêtant mécontente. La nouvelle religion n’avait pas épargné Antioche de Pisidie. De l’avis de Maia, il n’y avait d’ailleurs que les trucs cools qui épargnait Antioche de Pisidie … La ville avait sa propre communauté, à la fois source de curiosité et de mépris. Selon Maia s’était surtout une perte de temps. Ils étaient bien gentils ces chrétiens, mais elle savait à quel point il était naïf de leur part d’espérer s’aimer les uns les autres. Au moins était elle honnête, elle ne se donnait pas d’objectifs inatteignables.

« Quoi…? » elle connaissait l’interlocuteur qui l’avait arrêté. Ce dernier vit tout de suite son agacement et tenta de désamorcer la situation : « tu fais bien de te dépêcher, j’ai reçu une lettre de Luc aujourd’hui, tu en as surement une qui t’attend chez toi… ». Loin d’être satisfaite de cet échange, elle fit mine de partir quand il lui dit : « …mon invitation tient toujours, tu sais… si tu veux venir un de ces soirs. Le groupe a bien grandi et on passe de bons moments !« .

Maia était très peu tentée et elle le lui fit savoir : « Ouais, ouais t’inquiète Théo je viens enterrer ma vie sociale avec ton groupe de chrétien dès que j’ai une minute ! Allez salut !« . Théophile lui fit malgré tout un sourire, ce qui accentua sa conviction : tous des hypocrites ces chrétiens à sourire pour rien !

Vous avez aimé l'article? Partagez le!

Laisser un commentaire