La Bible

Les Chrétiens

La Vie Quotidienne

CHAPITRE IV

CHAPITRE IV DISPO SOUS L’INTRODUCTION

Introduction / Préface

On se retrouve pour le CHAPITRE IV de ma fiction chrétienne, le dernier qui aura un sujet plutôt léger. Après ce chapitre Maia, notre héroïne aura à faire face à des situations bien plus complexes que de s’assurer de « l’amour » de son crush.

Tu peux lire les Chapitre I , Chapitre II et Chapitre III avant de commencer celui ci.

Encore une fois, si tu veux un aperçu du processus créatif et en discuter avec moi (je te rappelle que je cherche encore un titre pour ma fiction !) tu peux t’inscrire à ma newsletter ci dessous :

CHAPITRE IV – Rome

Seca

« Rdv sur la place de Rome… » Maia en avait de bonne… Il y en avait beaucoup trop des places, à Rome, pour que ce soit une information fiable…! Comment allaient ils se trouver avant la nuit ? Luc avait été tout de suite confiant, comme toujours, et avec des amis ils s’étaient séparé pour couvrir plus de terrain. 

Seca avait fait équipe avec Soa et il s’en réjouissait secrètement. La jeune fille avait captivé ses pensées dès son arrivée à Rome. Outre sa beauté il avait trouvé chez elle une douceur sans égal et ce malgré les nombreuses épreuves qu’elle avait traversé. Le genre d’épreuves qui ont eu le mérite de remettre en perspective les siennes. 

Mais il espérait que Luc trouve Maia en premier… Voilà des années qu’il n’avait pas vu sa soeur et cette dernière n’avait que peu connu le nouvel homme qu’il était devenu en acceptant Jésus. À ses yeux, sa soeur représentait l’ancien Seca, dont il avait honte désormais. Et bien qu’il sache qu’il faudrait tôt ou tard régler ce qui les séparaient, Seca avait été bien heureux d’utiliser l’excuse de la distance pour remettre cette tâche à plus tard… 

Quelle ne fut pas sa surprise quand il appris que la « tâche » venait à lui…! Il s’était souvent senti poussé à régler le problème et il croyait que Dieu l’encourageait à le faire en permettant la visite de sa soeur. Mais il ne pouvait s’empêcher d’espérer repousser encore un peu leur rencontre.

Entrée de Rome en 60 ap. JC imaginé par une IA

Trouver Maia et Armel

Avec Soa, ils arrivèrent sur l’une des places et décidèrent de se séparer pour en faire le tour plus rapidement. Soa vit soudain deux femmes qui correspondaient à la description qu’on lui avait fait : une jeune et une plus âgé, probablement en train de râler sur la première. 

Et Armel en avait des raisons pour râler !

-« Pourquoi ai je accepté de voyager jusqu’ici avec une enfant immature…? Tu n’aurais pas pu être précise dans ta description ? Par les dieux, comment vont ils nous trouver sans plus d’explications ? « Rdv sur la place de Rome »…, mais il y en a probablement des centaines de places ! C’est Rome, pas Antioche, Maia !« 

Rencontre et retrouvailles

-« Excusez moi ?! » intervint Soa « seriez vous d’Antioche de Pisidie ?« 

Maia et Armel marquèrent une pause incertaines de l’identité de leur interlocutrice, puis acquiescèrent. 

-« Vous êtes bien, Maia et Armel ? » insista Soa.

-« Oui, on t’as envoyé nous chercher ? » répondit Maia, se figurant que Soa était une esclave à la tenue qu’elle portait.

-« Oui ! » s’exclama Soa dont le sourire marquait le soulagement profond. « Votre frère va être tellement soulagé qu’on vous ait trouvé ! Il était tellement tendu sur tout le trajet !« 

S’animant à la mention de son frère Maia demanda : « Ou est il ? Luc doit commencer à avoir des cheveux blancs maintenant ! » 

-« Non je parlais de… » commença Soa quand Seca apparu.

-« Armel ! » dit il.

-« Par les dieux, Seca ! Tu es devenu un homme maintenant regarde toi ! » s’exclama Armel.

-« Et toi tu n’as pas pris une ride ! » lui repondit il.

-« Tu n’es qu’un flatteur !« 

Seca se tourna alors vers sa soeur : -« Salut Maia… » dit il en rabattant ses cheveux en arrière.

-« Pourquoi c’est pas Luc qui est venu nous chercher ? » demanda Maia glaciale.

Sans se rendre compte de la tension palpable entre le frère et la soeur Soa s’exclama : « Oh il est venu te chercher ! Mais il est allé à une autre place pour être sur de ne pas vous manquer…« 

-« C’est bien ma chance de tomber sur toi, Secundus… » soupira la soeur.

Départ

Son frère émis un sourire forcé puis déclara : « Nous devrions rentrer, vous devez être fatiguées » puis avisant les bagages « Wow vous avez ramené toute la maison ?« .

-« Tu connais ta soeur… » soupira Armel « … ne comptez pas sur moi pour porter tout son barda. Avec mon dos je ne peux pas me le permettre !« 

-« Tu n’as pas prévu de porteur Secundus ? » dit Maia à son frère d’un ton accusateur.

-« Nous ne pouvons pas vraiment nous le permettre, mais nous ne sommes pas trop loin, on a de la chance. On aura pas à porter tout ça trop longtemps.« 

-« C’est quoi l’idée…? Me casser le dos ? » s’indigna Maia.

-« Allons ! » dit Soa dans un sourire « …je suis sûre que tu es plus forte que tu ne le crois !« 

Maia leva les yeux en l’air, elle reconnaitrait cet optimisme n’importe où : Soa est chrétienne, bien sûr. 

Bienvenue chez les chrétiens

Après une marche interminable durant laquelle Seca avait prétendu être « presque arrivé » au moins une dizaine de fois, le groupe avisa une batisse dont le coté gauche tombait en ruine, bien que le coté droit soit habité.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Et après

-« C’est là ! Bienvenue ! » dit Seca. Son enthousiasme ne suffit pas à cacher la réalité. 

-« Seca,… » commença Armel avec le plus de tact dont elle était capable « … cette maison tombe en morceaux…« .

-« C’est vrai que ça ne paye pas de mine » concéda-t-il dans un sourire, « le dernier incendie a beaucoup éprouvé ce quartier et cette maison en a fait les frais. Mais à moins de payer le prix fort on ne peut pas la reconstruire… Mais vous verrez, les gens sont très accueillant ici !« 

-« Ne pouvez vous pas reconstruire petit à petit ?« 

-« C’est ce que nous voulions faire mais sitôt que les artisans apprennent que nous sommes chrétiens ils quittent le chantier ou ils nous réclament le double du prix… »

-« Pourquoi ? Parce qu’ils ne supportent pas l’optimisme ? » ricana Maia.

-« Parce que l’empereur lui même a accusé les chrétiens d’avoir mis le feu à Rome. Voilà pourquoi. Et c’est dangereux pour vous d’être avec nous…« .

Maia sursauta à la voix du nouvel arrivé.

-« Luc !« . Elle se jeta dans ses bras faisant fi de la funeste réplique de son ainé. Le frère et la soeur s’étreignirent. 

-« Tu m’as manqué ! Et j’avais raison Armel ! Il commence à avoir quelques cheveux blancs !« 

-« Toi aussi tu m’as manqué, petite soeur » mais une ombre passa sur le visage de Luc « …mais quelle folie de venir jusqu’ici en cette période…!« 

-« Oui j’ai compris, c’est chaud pour les chrétiens, tout ça… mais Armel et moi on est pas chrétienne donc ça va pour nous. On va faire un peu de tourisme, d’ailleurs, tu sais si l’empereur ou sa femme sont dans la ville ?« 

Nouveau Luc

-« Maia, tu vas m’écouter attentivement« , Luc pris un air autoritaire que Maia ne lui avait jamais vu et qui lui rappela leur mère… à la grande horreur de la jeune fille. « La vie à Rome n’est pas un jeu. Néron est au bord de la folie et son palais est un lieu de débauche et de perdition. Il a fait assassiner beaucoup des nôtres de la pire des manière et il est allé jusqu’à executer sa mère et sa femme… Ne t’imagine pas qu’on te traitera différemment parce que tu n’es pas chrétienne. A partir du moment ou tu es avec nous tu es l’une des nôtres à leurs yeux.« 

buste de l'empereur Neron Musée archéologique national de Cagliari
Chapitre IV – Buste de l’empereur Néron

Agacée Maia répondit : »C’est quand même pas ma faute si vous me faites dormir ici ! Et puis…« .

-« Inutile de te plaindre » trancha Luc, qui avait définitivement adopté le fonctionnement de leur mère. « C’est le mieux que nous pouvons te proposer et tu t’en contentera jusqu’à ton départ, que nous arrangerons au plus vite. D’ici là tu dois rester dans le quartier, pour ta sécurité.« 

-« Luc, peut être devrions nous au moins les emmener voir quelques monuments » dit Seca, voyant sa soeur qui s’agaçait de plus en plus.

-« C’est bien trop dangereux et tu le sais, Seca. Maia est sous ma responsabilité et je compte bien la renvoyer à Papa et Maman en un seul morceau » trancha Luc avec l’assurance toute particulière des grands frères.

C’était la cerise sur le gateau d’irritation dont Maia se rassasiait depuis quelques minutes. Elle ne comprenait pas ce qui était advenu de son frère préféré et pourquoi ce dernier avait calqué tout son comportement sur leur mère. Si Maia était arrivée à fuir cette dernière ce n’était pas pour avoir à faire à son clone, même si Maia ne connaissait surement pas le mot « clone »… 

Pourquoi être chrétien

Essayant tout de même de maitriser sa colère elle demanda avec dédain: « quel est l’intérêt d’être chrétien si c’est si dur alors ?« .

Luc eut un arrêt et se fendit d’un sourire redevenant le frère qu’elle aimait. 

-« Très bonne question Maia ! » s’exclama-t-il heureux que sa soeur porte un intérêt à sa croyance. « On est chrétien parce que chaque chose que nous possédons, nos habits, notre nourriture, que nous avons en quantité suffisante, nos frères et soeurs chrétiens… tout cela est une grâce de Dieu et quand on le réalise on ne peut que le suivre.« 

Maia haussa un sourcil, « …sans oublier le toit que vous avez sur la tête et qui se rapproche de vos têtes dangereusement chaque jour« .

Seca intervint, « le matériel passe vite au second plan, tu sais… Personnellement c’est la richesse des relations que j’ai avec mes amis chrétiens que je chéris le plus » dit il dans un sourire.

-« Oh je ne doute pas de la richesse de ta relation avec cette jeune esclave qui t’as accompagné pour venir nous chercher ! » dit Armel.

Seca piqua un fard, « Soa est simplement une chrétienne admirable…« .

Armel esquissa un demi sourire, « Ça non plus je n’en doute pas !« .

Mais avant qu’elle développe le sujet, un jeune homme arriva hors d’haleine et se jeta sur Luc.

-« Luc ! C’est terrible…! J’ai des nouvelles du Tullianum…« 

Adoptant une expression horrifiée Luc le pressa d’en dire plus. Son arrivée fut remarquée par les chrétiens déjà présents dans la maison et tous se rassemblèrent autour des deux hommes, repoussant Maia et Armel à la périphérie de leur cercle. 

-« Mes frères, mes soeurs, » continua le jeune homme, « nous devons être fort, on m’a appris à l’instant que le sort de notre cher Paul est scellé, il va être exécuté sous peu…« .

Merci d’avoir lu ce CHAPITRE IV! Encore une fois si tu veux en savoir plus sur le processus créatif rendez vous dans ma newsletter ! Et tu peux aussi découvrir ma chaîne youtube si tu ne la connaissais pas déjà !

Vous avez aimé l'article? Partagez le!

Laisser un commentaire