La Bible

Les Chrétiens

La Vie Quotidienne

Racisme

Si tu préfères écouter mon article tu as le son ci dessus ! (PS: dsl on entend un peu le vent qui soufflait quand j’ai enregistré !)

Je suis une jeune femme. Ma mère, qui est décédé il y a 18 ans, était noire Antillaise et mon père est blanc alsacien. Je ne possède donc pas vraiment toutes les cartes pour vivre une existence de privilégiée et j’ai donc plusieurs fois fait face au racisme.

Mais il faut savoir, lecteur, que le racisme c’est comme une hydre à plusieurs têtes. Certaines têtes sont ouvertement violentes et agressives, d’autres sont presque acceptables. Bon je vais pas te faire un cours sur le racisme en général, je suppose que si tu me lis c’est que tu n’es pas, toi même, xénophobe.

Hydre
Je t’ai mis un dessin d’une hydre si tu sais pas ce que c’est tkt

Cependant, parlons de ces têtes et de ce que la Bible en dit, veux tu ?

La Bible contre le racisme

Si tu te plonges dans les premiers chapitres de la Bible, tu sais dès le début que le racisme c’est un gros non. Déjà, le concept de race est totalement erroné du fait que Eve, la première femme est littéralement appelé « mère de tous les vivants« . Nous venons donc tous des mêmes ancêtres. La notion de différentes races est donc à bannir, elle n’a d’ailleurs aucun fondement biologique et génétique.

La seule race qui soit, nous concernant, c’est celle des êtres humains. Dieu lui même pousse ses enfants à plusieurs reprise à avoir une certaine ouverture vis à vis d’autrui dans la Bible. Mais l’exemple le plus célèbre reste celui de Jésus qui dit que les deux plus grands commandements qui soient sont :

  1. « Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée, et de toute ta force. 
  2. « Tu aimeras ton prochain comme toi-même« . (Matthieu 22 v.37)

La Bible dans son ensemble condamne donc le racisme et invite les croyants à ne pas s’y adonner.

Les Chrétiens et le Racisme

Pourtant c’est assez affligeant de voir qu’au travers de l’histoire beaucoup de chrétiens ont perpetré des actes racistes et parfois d’une atrocité rare (en plus !). Etant Antillaise de par ma mère mes ancêtres étaient des esclaves noirs, arrachés à leur patrie pour ne même plus s’appartenir. Et même si l’esclavage a été aboli il y 174 ans les effets sont toujours présents dans ma famille, mais aussi au niveau de la société.

Au delà de l’acte en lui même de réduire en esclavage, qui est très très limite, les nouvelles générations continuent encore aujourd’hui de payer le prix de ce préjudice. Pourtant les pays qui se sont enrichit grâce à l’esclavage qui a touché ma famille étaient chrétiens. La France, par exemple, est considérée comme la fille ainée de l’église catholique.

Dans cet article je ne rentrerai pas dans le détail de ce grossier manquement aux valeurs bibliques mais il me semblait important de préciser cet historique malheureux pour développer un point important : le racisme existe parmi les chrétiens.

Le racisme aujourd’hui

J’aimerai te dire que c’est un problème d’avant, mais, ce serait mentir : le racisme est toujours bien présent dans notre société. Mais il a revêtu un habit d’acceptabilité. J’aimerai te parler de deux de ses têtes : le racisme structurel et le racisme systémique.

Racisme structurel

Il s’agit de clichés qui datent parfois de centaines d’années et qui collent à la peau de certaines communautés. Par exemple : les juifs sont riches, les antillais sont paresseux, les africains sont pauvres, les belges sont bêtes, les asiatiques sont bon en science, les femmes noires râlent tout le temps…

En soit ces clichés ne sont pas si violent. Mais ils deviennent un problème quand ils deviennent des croyances limitantes. C’est à dire, qu’un enfant originaire d’Asie aura à se confronter pendant toute sa scolarité à cette attente inconsciente d’être un bon élève en science. Un antillais devra être plus convaincant face à un potentiel patron etc…

Tout ces clichés sont comme des poids qui alourdissent les foulées d’un coureur. Le soucis c’est que le coureur c’est celui, ou celle, issu de minorités et la course, c’est la vie.

Racisme systémique

C’est quand les clichés ci dessus sont pleinement intégrés dans l’esprit des gens qui nous environnent. Par exemple, des études ont montré que les femmes noires sont moins écoutées par le personnel médical. Leur douleurs sont minimisées et de ce fait leur santé en est plus menacée.

Mais ce dont, toi et moi, nous devons nous rendre compte, lecteur, c’est que nous avons tous commis des actes de racisme systémique, bien malheureusement. Peu importe nos origines, nous sommes les produits de notre culture. Et si cette culture adopte un certains comportement vis à vis de ceux dont nous sommes étranger, nous l’adoptons aussi.

Le comportement à adopter en tant que Chrétien

Et c’est là que réside le pas que nous devons faire en accord avec la Bible. Posons nous la question, sincèrement de toutes les fois ou nous avons traité autrui selon une image préconçue. Demandons à ceux qui nous entourent et qui sont différent de nous même, quels sont les comportements qui auraient pu les déranger.

Et je te vois venir, lecteur ! Plein de bonne volonté tu me dis en commentaire « je ne suis pas raciste d’abord ! ». Mais très franchement essayer de prouver que tu n’es pas raciste est une démarche plutôt veine. Je t’invite plutôt à détourner les yeux de toi même pour les fixer sur les autres afin de s’assurer du bon vécu des minorités qui t’entourent.

Dieu regarde au coeur

Dans la Bible un prophète du nom de Samuel est envoyé à Bethléem dans la famille d’un dénommé Isai pour consacrer le nouveau roi d’Israël. Samuel ne sait pas encore qui c’est. Lorsqu’il arrive il est fortement impressionné par les fils ainés de la famille. Mais Dieu lui indique que le futur roi n’est autre que le petit dernier, qui a été envoyé pour garder les moutons pendant que ses frères font la guerre.

Dieu dit à Samuel : L’Eternel ne considère pas ce que l’homme considère; l’homme regarde à ce qui frappe les yeux, mais l’Eternel regarde au cœur (1 Samuel 16 v.7). Le nom de ce nouveau roi ? David. Et il devint le plus célèbre roi d’Israël. Dieu a donc plutôt bien choisi.

Nous sommes encouragé à avoir la même approche que Dieu et ne pas nous laisser berner par ce qui frappe nos yeux. Aussi bien lorsque nous somme confrontés à la différence mais aussi lorsque nous sommes nous même celui ou celle qui est différent.

amis

On en dit quoi de cet article ? Dis le moi en commentaire ça me ferait très plaisir d’échanger avec toi sur ce sujet ! Et si tu crois que ça peut servir à d’autres n’hésite pas à partager !

L’inspiration pour cet article vient de la Revue Adventiste de Novembre – Décembre de 2021

Vous avez aimé l'article? Partagez le!
4 Comments

Laisser un commentaire